Bruxelles et Istanbul signent un protocole d’accord

Bruxelles et Istanbul signent un protocole d’accord

Avec cet accord, les deux villes ambitionnent de collaborer sur leurs défis métropolitains communs.

Le Ministre-Président bruxellois Rudi Vervoort et le Secrétaire d’État aux Relations extérieures Pascal Smet ont signé aujourd’hui un Protocole d’accord avec leurs collègues de la Région métropolitaine d’Istanbul. Au cours des deux prochaines années, les deux villes étudieront les possibilités de renforcer leur collaboration dans divers domaines.

« Je me réjouis de pouvoir signer cet accord de collaboration avec le maire d’Istanbul. Nous avons déjà tissé des liens entre nos deux villes par le passé grâce à une collaboration en matière de patrimoine et de mobilité. Avec cet accord, nous étudierons ensemble de quelle manière nous pourrons continuer à développer la ville durable et inclusive de demain autour de thématiques comme la ville intelligente, de développement urbain et l’égalité des chances. Je suis convaincu que les villes du monde entier doivent collaborer pour relever les défis urbains », déclare Rudi Vervoort.

« Les grandes villes du monde entier doivent renforcer leur collaboration et échanger davantage les connaissances afin d’améliorer la qualité de vie de tous les citadins. Les défis qui se présentent aux grandes villes n’ont fait que s’accentuer avec la pandémie. C’est pourquoi la Région bruxelloise s’engage activement dans des partenariats qualitatifs avec d’autres villes partout dans le monde. Bruxelles et Istanbul ont par exemple toutes deux une riche histoire et peuvent donc échanger beaucoup de bonnes pratiques en matière de protection des monuments. Ces deux villes ont également des liens émotionnels les unes avec les autres, en raison de diaspora la diaspora nombreuse et très active présente à Bruxelles », poursuit Pascal Smet.

La signature de ce protocole d’accord est intervenue dans le cadre d’une rencontre virtuelle. Rudi Vervoort et Pascal Smet ont signé le document depuis Bruxelles, tandis qu’au même moment le maire d’Istanbul, Ekrem Imamoğlu, faisait de même en Turquie. Ekrem Imamoğlu est maire de la première ville turque depuis 2019. Il est membre du Parti républicain du peuple (CHP) et adopte une vision très urbaine et progressiste.
 
Dans ce document, les deux villes conviennent d’étudier pendant les deux prochaines années les possibilités de développer à long terme une collaboration structurelle. Cette approche s’inscrit dans la stratégie internationale de la Région bruxelloise qui consiste à examiner de très près les collaborations potentielles préalablement à un engagement à long terme.
Concrètement, Bruxelles et Istanbul vérifieront pendant deux ans quels types d’informations elles peuvent échanger, quelles initiatives communes peuvent être initiées et comment organiser la collaboration sur différents sujets spécifiques.

Ce n'est pas un hasard si ce protocole a été signé le 11 février, journée internationale des femmes et des filles de science. Il s’agit d’un moment symbolique pour renforcer la collaboration internationale entre les deux villes sur le plan de l’égalité des chances. 2021 est par ailleurs une année charnière pour les relations entre Bruxelles et Istanbul : la représentation économique de la Région bruxelloise à Istanbul célèbre en effet son 20e anniversaire.
 

Thèmes


Outre l’égalité des chances, diverses autres thématiques sont évoquées dans le protocole d’accord.


Bruxelles et Istanbul accueillent de nombreux trésors patrimoniaux. La Région bruxelloise et Istanbul ont déjà partagé par le passé des informations relatives à l’entretien et à la restauration des anciennes murailles. Les deux villes souhaiteraient renforcer la collaboration en matière de protection des monuments.


Sont également inscrits à l’agenda les thématique du développement urbain, de la ville intelligente et de la mobilité. Depuis quelques années, Bruxelles a initié un tournant pour devenir une ville à dimension humaine accordant la priorité aux espaces publics de qualité et à la mobilité douce. Les relations entre Bruxelles et Istanbul sont fortes également dans ces domaines depuis plusieurs années. En 2005, Bruxelles a signé un accord de collaboration avec ULASIM, exploitant turc du système local de métro et tramways rapides. La STIB a ouvert à Istanbul un bureau de représentation en 2008.


Mais la thématique culturelle occupe elle aussi une place importante à l’agenda. Istanbul organise chaque année plus de 4000 événements, dont des festivals internationaux de cinéma, de musique et de théâtre ainsi que des biennales d’art et de design. La diaspora turque constitue en outre une communauté importante de Bruxelles.


Mais les possibilités de renforcer la collaboration en matière de commerce, de santé publique, d’environnement, de recherche scientifique et de tourisme ne sont pas en reste et seront étudiées pendant les deux prochaines années.

 

Vous pouvez visionner les discours du Ministre-Président Rudi Vervoort et du Secrétaire d'État aux Relations internationales Pascal Smet dans la vidéo en pièce-jointe.

Contactez-nous
Marc Debont Porte-parole, Cabinet du Secrétaire d'État Pascal Smet
Nancy Ngoma Porte-Parole, Cabinet du Ministre-Président Rudi Vervoort
Marc Debont Porte-parole, Cabinet du Secrétaire d'État Pascal Smet
Nancy Ngoma Porte-Parole, Cabinet du Ministre-Président Rudi Vervoort
A propos de Pascal Smet

Le Gouvernement bruxellois Secrétaire d'Etat de l'Urbanisme et Patrimoine - Relations européennes et internationales - Commerce extérieur - Lutte contre l'Incendie et Aide médicale urgente

Membre du VGC, chargé de la Culture, de la Jeunesse, du Sport et des Centres communautaires


Pascal Smet
Zenith
Koning Albert II laan 37 - 12de
1030 Brussel