La Région bruxelloise, choisie pour accueillir le futur Centre Européen de Cybersécurité dans le cadre de la candidature belge

La Région bruxelloise, choisie pour accueillir le futur Centre Européen de Cybersécurité dans le cadre de la candidature belge

La Belgique a officiellement déposé sa candidature auprès de l’Europe la semaine dernière pour accueillir le futur Centre Européen de Cybersécurité. C’est en Région bruxelloise, à Evere plus précisément, que ce centre pourrait s’établir.

L’Union européenne (UE), pôle majeur de recherche dans le secteur de la cybersécurité, présente toutefois du retard dans le lancement sur le marché de produits et de services en cybersécurité, et ce, en raison d’un univers très fragmenté. Elle a donc décidé d’unir les forces européennes en la matière pour créer un centre chargé de coordonner tous les acteurs européens. L’European Cybersecurity Competence Center (ECCC) sera doté de 2,8 milliards d’euros pour son installation et de 2 milliards d’euros pour son développement, pris sur les fonds de Horizon Europe et de Digital Europe pour 2021-2028.

« Ce centre présente une opportunité exceptionnelle pour la Région bruxelloise. En terme de timing tout d’abord, car il devra démarrer ses activités au plus vite, dès 2021 selon les vœux de la Commission. En terme d’emploi ensuite car il accueillera de 30 à 50 experts, avec des perspectives de croissance allant jusqu’à 80 temps plein d’ici 2023-2024. Sans compter le personnel externe de support habituel dans ce type d’organisation. La création de ce centre à Bruxelles pourrait avoir un effet très favorable pour l’écosystème d’entreprises liées à la cybersécurité dans notre Région, un secteur très prometteur en termes d’activités et de création d’emploi» déclare le Ministre-Président Rudi Vervoort.

L’intérêt de l’État belge pour accueillir cette nouvelle institution a été officialisé auprès des institutions européennes le 4 juin dernier. La candidature proprement dite a été portée, sous la coordination du SPF Affaires étrangères, par tous les acteurs de la cybersécurité (dont le Centre belge pour la cybersécurité et l’Institut belge des services postaux et des télécommunications) mais aussi les institutions bruxelloises, en particulier le Commissariat à l’Europe et aux Organisations internationales (CEOI), hub.brussels, Visit.brussels et Citydev. Les travaux, soutenus activement par les premiers ministres successifs et le Gouvernement bruxellois, ont débouché sur la publication d’un bid book en juillet dernier et sur le dépôt officiel de la candidature belge ce 6 novembre.

La processus de sélection du siège, conduit par la Présidence allemande de l’UE, suit actuellement son cours. Les candidatures devaient être déposées pour le 6 novembre dernier. Outre celle de la Belgique, on retrouve l’Allemagne (Munich), la Lituanie (Vilnius), le Luxembourg, la Roumanie (Bucarest) et l’Espagne (Leon). Les États membres voteront pour élire le candidat le 9 décembre 2020 (1 vote/État). Ce vote se fera en deux tours si aucun candidat ne reçoit la majorité au premier tour.

Vu son caractère international et son expérience dans l’accueil d’institutions européennes et internationales, Bruxelles dispose de solides atouts. L’écosystème en matière de cybersécurité y est très dynamique.

"Il est clair que l'UE recherche un environnement sûr pour abriter le centre, notamment en termes de connectivité et de 5G. Notre candidature peut garantir ces éléments. Outre l'écosystème international et technologique, Bruxelles dispose donc de tous les atouts pour offrir à ce centre un avenir stratégique", déclare Pascal Smet, secrétaire d’État chargé de Relations européennes et internationales et le Commerce extérieur.

 «Nous disposons également de la capacité et de l’expérience dans l’accueil de ce type d’institutions mais aussi de son personnel et de ses nombreux visiteurs. Des points qui font de la Région bruxelloise un candidat très sérieux » ajoute Rudi Vervoort.

« Accueillir cette nouvelle institution contribuerait enfin à asseoir encore un peu plus le statut international de Bruxelles, capitale de l’Union européenne où sont aujourd’hui déjà présentes pas moins de 38 organisations de l’UE» concluent Rudi Vervoort et Pascal Smet.

Contactez-nous
Marc Debont Porte-parole, Cabinet du Secrétaire d'État Pascal Smet
Marc Debont Porte-parole, Cabinet du Secrétaire d'État Pascal Smet
A propos de Pascal Smet

Le Gouvernement bruxellois Secrétaire d'Etat de l'Urbanisme et Patrimoine - Relations européennes et internationales - Commerce extérieur - Lutte contre l'Incendie et Aide médicale urgente

Membre du VGC, chargé de la Culture, de la Jeunesse, du Sport et des Centres communautaires


Pascal Smet
Zenith
Koning Albert II laan 37 - 12de
1030 Brussel