Le procès des attentats du 22 mars 2016 pourra se tenir exceptionnellement sur l’ancien site de l’OTAN

Le procès des attentats du 22 mars 2016 pourra se tenir exceptionnellement sur l’ancien site de l’OTAN

En concertation avec le Gouvernement, la Commission Développement Territorial du Parlement bruxellois a approuvé hier à l’unanimité une ordonnance d’urgence permettant la tenue dans les anciens bâtiments de l’OTAN à Evere du procès des attentats terroristes à Brussels Airport et la station de métro Maelbeek. L’ordonnance d’urgence sera approuvée cette semaine en séance plénière.

La date du 22 mars 2016 est une page sombre dans l’histoire de notre ville et de notre pays. En tout, ce sont 32 victimes et plus de 300 blessés que nous avons eu à déplorer. Un page difficile à tourner pour les familles qui ont perdu un être cher dans ces attentats. Le procès des auteurs de ces attaques est une étape nécessaire pour apaiser leur douleur. Il a fallu chercher des locaux exceptionnellement grands pour donner aux proches la possibilité d’assister aux audiences. Aucune salle du Palais de Justice de Bruxelles n’offrait l’espace nécessaire.


Le monde aura les yeux rivés sur ce procès. De nombreux journalistes de Belgique et de l’étranger seront également présents. Il faut également prévoir de la place pour eux. Il en va de la transparence du déroulement de la procédure judiciaire.


Il convient en outre de se rappeler qu’il s’agit d’un procès pour terrorisme, ce qui exige des mesures de sécurité exceptionnelles. Il faudra également compter avec la COVID-19.

 

« Cette ordonnance d’urgence est un dossier technique, mais ne vous y trompez pas, il présente une énorme valeur symbolique et émotionnelle pour de nombreux Bruxellois. En prenant les bonnes mesures, ce procès pourra se dérouler de manière sereine et digne. C’est important pour que nous puissions collectivement appréhender ces événements affreux. Comme le dit le message lumineux projeté dans la station de métro Maelbeek.  Forget & Remember », déclare Fouad Ahidar (one.brussels), auteur principal de la proposition.

 

« Ce procès pour terrorisme est davantage qu’un simple procès. C’est un moment fort émotionnellement pour toute une ville, tout un pays. Nous estimons donc qu’il est prioritaire de garantir les meilleures circonstances possibles. En travaillant de manière ciblée et efficace, nous avons pu y parvenir », déclare Pascal Smet, Secrétaire d’État à l’Urbanisme et au Patrimoine.  « On dit souvent que les choses vont lentement à Bruxelles, nous montrons à cette occasion que nous savons agir vite et de manière efficace. »

 

Les premiers contacts ont eu lieu en juin 2020 entre le Service public fédéral Justice, le Ministre de l’époque Koen Geens (et par la suite l’actuel Ministre Vincent Van Quickenborne), le cabinet du Secrétaire d’État bruxellois à l’Urbanisme Pascal Smet et Urban.brussels, l’administration bruxelloise en charge de l’urbanisme. La collaboration s’est révélée constructive pour trouver une solution et organiser le procès de manière sécurisée dans les anciens bâtiments de l’OTAN. Par sa localisation, sa taille et son ancienne fonction, l’ancienne base militaire, avec ses infrastructures de sécurité nécessaires, est l’endroit idéal pour un procès de cette ampleur et de cette importance. Rachid Madrane, Président du Parlement, et Fouad Ahidar ont collaboré pour arrêter la formule de l’ordonnance d’urgence, présentée par les parlementaires tant de la majorité que de l’opposition, avec le soutien entier du gouvernement bruxellois.

 

L’unanimité du vote démontre que Bruxelles prend ses responsabilités.

 

Le Parlement bruxellois doit encore donner son approbation finale à l’ordonnance d’urgence permettant d’organiser des procès pendant deux ans dans l’ancien siège de l’OTAN. L’ordonnance d’urgence accorde une dispense provisoire d’obligation de permis concernant le permis d’urbanisme aussi bien que le permis d’environnement. La dispense prévoit également , pour des considérations de sécurité, l’interdiction de divulguer les plans du bâtiment.

 

Ce procès pour terrorisme ne démarrant qu’à l’automne 2021, cette ordonnance d’urgence offre également une solution directe pour d’autres grands procès qui ne peuvent se tenir dans le Palais de Justice actuel en raison des mesures sanitaires. Ces procès serviront également de période de préparation au procès des attentats, ce dernier attirera une grande attention au niveau international et il faudra donc que les mesures organisationnelles et de sécurité aient été éprouvées au préalable.

Contactez-nous
Marc Debont Porte-parole, Cabinet du Secrétaire d'État Pascal Smet
Marc Debont Porte-parole, Cabinet du Secrétaire d'État Pascal Smet
A propos de Pascal Smet

Le Gouvernement bruxellois Secrétaire d'Etat de l'Urbanisme et Patrimoine - Relations européennes et internationales - Commerce extérieur - Lutte contre l'Incendie et Aide médicale urgente

Membre du VGC, chargé de la Culture, de la Jeunesse, du Sport et des Centres communautaires


Pascal Smet
Zenith
Koning Albert II laan 37 - 12de
1030 Brussel