Mesures concrètes pour aborder le problème des embouteillages

Mardi 5 janvier 2016 — Il ressort du baromètre des embouteillages de Touring Mobilis que le nombre d'embouteillages structurels en Belgique est à nouveau en hausse. Le Ministre bruxellois, Pascal Smet, propose quelques mesures concrètes à propos desquelles il entend entamer une concertation avec les autres régions pour aborder ensemble le problème des embouteillages. 

«Créer davantage de routes n'est pas la solution. Les nouvelles routes ne font qu'attirer des voitures supplémentaires. Chaque expert en mobilité le sait aujourd'hui », déclare Pascal Smet. « Nous devons nous concentrer sur d'autres mesures. Si un tiers des 250.000 navetteurs qui entrent et sortent quotidiennement de Bruxelles partageaient leur véhicule avec d'autres navetteurs, nous aurions beaucoup moins de circulation automobile. Nous disposons aujourd'hui de la technologie nécessaire pour rassembler les gens. Il faut développer une politique stimulante entre les trois régions. Nous avons besoin d'une application de type « Tinder » pour le covoiturage. »

« En outre, nous devons également sortir les gens de leur voiture et les inciter à prendre les transports publics», poursuit Pascal Smet. « Investir, comme nous le faisons à Bruxelles, dans suffisamment de parkings de transit aux environs des stations de métro et des gares est, en outre, essentiel. Ainsi, les navetteurs et les visiteurs peuvent y laisser leur voiture et rejoindre facilement leur destination ou lieu de travail. »

Dans le prolongement de ceci, le Ministre Pascal Smet demande d'accélérer le développement du réseau « S » à Bruxelles. « Je suis content que le réseau ferré métropolitain à Bruxelles ait pris un bon départ. Mais maintenant, il faut que les choses avancent. Afin d'offrir une alternative valable à la voiture, il faudrait au moins quatre trains par heure dans les trente principales stations bruxelloises. » Le Ministre bruxellois souligne l'importance d'investissements durables dans les transports publics. « Les économies réalisées dans les transports publics en dehors de Bruxelles ne sont pas un bon signal. À Bruxelles, nous continuons d'investir dans les transports publics afin d'accroître la qualité et la capacité de l'offre. Les économies que le Gouvernement fédéral a imposées à la SNCB ne résoudront absolument pas le problème des embouteillages.»

Enfin, le Ministre Pascal Smet plaide pour le développement d'une alternative respectueuse de la mobilité à la voiture de société.

Le Ministre appelle tous les niveaux politiques à se concerter prochainement sur des mesures concrètes et de réfléchir sans idées préconçues à la manière d'aborder les embouteillages structurels.

Published with Prezly