Partager une voiture et la parquer où je veux! Bientôt possible à Bxl

Le free-floating une réalité bruxelloise

Mardi 31 mai 2016 — A partir du 1er juin les entreprises peuvent introduire leur demande en vue d’être reconnue comme acteur du free-floating à Bruxelles. Améliorer la qualité de vie en ville passe, pour le gouvernement bruxellois, par diminuer le nombre de véhicules dans l’espace public.

En moyenne, un véhicule privé reste stationné 95% du temps. Partager sa voiture et faciliter son utilisation doit permettre de réduire le nombre de véhicule en ville.  Etre propriétaire d’un véhicule sera, à terme, ni tendance, ni nécessaire.

« Moins de voitures, mieux de voitures. Avec ce système nous allons réduire le nombre de voitures garées à Bruxelles et le nombre de voitures en circulation. Nous offrons une nouvelle solution de mobilité aux Bruxellois. Une solution accessible à tous, car les clients payeront en fonction du nombre de km parcourus. C’est une petite révolution, et je suis particulièrement satisfait de voir l’intérêt de nombreuses sociétés pour ce projet bruxellois » a déclaré Pascal Smet Ministre Bruxellois de la Mobilité.

 

Le free-floating offre la liberté à l’utilisateur de prendre une voiture et de la garer un fois arrivé à destination. La liberté est totale et permet de sortir de l’obligation de ramener le véhicule au point de départ. Là où le concept est déjà mis en œuvre (Milan, Munich, Amsterdam,…) il a été rapidement adopté.

Selon les études un véhicule utilisé en free-floating remplace en moyenne 8 voitures de particulier. Ainsi par exemple avec quelques centaines de véhicules ont libère des milliers de places dans l’espace public. Là où les systèmes actuel de partage de véhicules sont utilisé pour des moyens voir long trajet, le free-floating est généralement utilisé pour des trajets entre 5 et 15km.

Les opérateurs étant obligé de nouer des partenariats avec les sociétés de parking public dans au moins 3 communes différentes, l’impact de l’arrivée de ces nouveaux véhicules sera réduite.

Grâce aux cartes de dérogations régionales, créées pour l’occasion, les utilisateurs du service de free-floating pourront garer leur voiture sur l’ensemble du territoire de la Région de Bruxelles-Capitale.

« Nous avons veillé à inclure des normes environnementale dans les conditions d’exploitation. Ainsi l’écoscore sera un critère d’acceptation tout comme l’obligation pour les futurs opérateurs de nouer des partenariats avec la STIB et les parkings souterrains. J’espère voir les premières voitures partagées circuler dans Bruxelles avant la fin de cette année » a précisé Pascal Smet.

Published with Prezly