Vers la fin de la dent creuse de la Place Rogier

Vers la fin de la dent creuse de la Place Rogier

L’extension du Crowne Plaza Hôtel a son permis d’urbanisme

La place Rogier, réaménagée récemment, revit et son auvent est devenu mondialement célèbre. Le projet du groupe Pandox vise à supprimer la dent creuse, entre le boulevard Botanique et la place, qui défigure la place depuis les années 70. « Ce projet dispose désormais de son permis d’urbanisme », confirme Pascal Smet (one.brussels), Secrétaire d’État en charge de l’Urbanisme.

« Ce projet immobilier est exemplaire. Lors du chantier de réaménagement de la place, la direction de l’hôtel et moi avons eu l’occasion de nouer le contact et de poser les bases du projet actuel. Celui-ci est le fruit d’un concours d’architecte organisé par le BMA et d’un accompagnement d’Urban. Avec son architecture contemporaine respectueuse du passé, l’activation de la toiture avec un bar (avec vue) indépendant de l’hôtel, la conception de jardins intérieurs et suspendus et l’animation commerciale du rez-de-chaussée, il reflète parfaitement l’ensemble de nos priorités », a ajouté Pascal Smet.

Histoire

Construit en un an à peine entre 1908 et 1909 sur les plans des architectes Antoine Pompe et Adhémar Lener, l’immeuble de style Art nouveau de tendance géométrique, l’Hôtel fut le premier immeuble en béton de Bruxelles. À l’époque, le Crowne Plaza Hôtel s’insérait dans un tissu existant.

La façade donnant sur la place Charles Rogier est composée de sept travées et se développe sur huit niveaux, dont un entresol en pierre bleue animé par 19 fenêtres jumelées. Les trois travées centrales apparaissent distinctement grâce à la présence, aux 1er et au 2e étages, de bow-windows surmontées d’un niveau en encorbellement reposant sur quatre consoles de fer en forme de feuilles. Ces travées centrales sont finies par une fine frise unie surmontée d’une simple moulure. Les quatre travées latérales se distinguent grâce au couronnement fait par d’importants entablements comprenant chacun une corniche en forte saillie reposant sur d’étroits modillons entre lesquels la frise est percée d’ouvertures permettant le passage de la lumière.

Les deux travées extérieures sont quant à elles marquées par la présence de bow-windows sur trois niveaux.

 

Le projet

"Après 50 ans et de nombreuses tentatives, l'une des "blessures urbaines" les plus importantes en région bruxelloise va enfin être réparée. Reconstruire la ligne de front manquante sur le boulevard du Jardin Botanique et recréer le tissu urbain pour combler les vides existants est un des objectifs du projet. L'autre objectif majeur est de compléter l'hôtel historique existant par des services et des fonctionnalités pour créer l'hôtel / centre de conférence le plus efficace et le plus attrayant de la Région de Bruxelles.
Après un concours, organisé par le Maître-Architecte, l'Italien OnSitestudio + PioveneFabi en étroite association avec Bureau Bouwtechniek, UTIL et HPengineers ou Bruxelles ont été désignés comme gagnants du concours.
Le début des travaux devrait débuter au second semestre 2020, la fin des travaux sont prévus fin 2022" a déclaré Aldert Schaaphok  Senior Vice President Director of International Operations Pandox

 

Le projet porté par le groupe Pandox grâce au concours d’Onsite Studio et Piovenefabi s’inspire des spécificités du bâtiment existant et développe une architecture contemporaine à la rythmique engagée sans éclipser le Crowne Plaza Hôtel. La réflexion du projet relève d’une approche de conception cohérente et intégrale, à la fois en termes de développement urbain que d'architecture, qui permet de donner forme à un projet attrayant et de qualité, avec une valeur ajoutée pour le quartier.

  • Un dialogue entre les façades

Le dessin des façades de l’extension a pour ambition de rappeler les bow-windows de la façade de l’hôtel Palace, qui se retrouvent à plusieurs endroits du projet, tantôt convexes, tantôt concaves pour donner une identité propre et subtile à l’hôtel. L’ensemble de l’extension est également couronné d’une frise ajourée rappelant la frise des travées latérales du bâtiment existant.

Projet d’autant plus difficile et ambitieux qu’il a pour gageure technique de se développer partiellement au-dessus du tunnel du métro sur lequel il ne peut en aucun cas se poser.

  • Bar et jardin indépendant en toiture

La première travée de l’extension se distingue par une démarcation dans la rythmique des baies proposées où l’on retrouve une porte d’entrée donnant un accès direct aux deux derniers étages. Au 8e , le Skybar, sorte de pavillon plié en retrait des façades principales de l’extension permettant la création de terrasses offrant une vue sur le parc du Jardin Botanique, sur le quartier Nord ainsi que sur le centre-ville. Cette terrasse est d’ailleurs conçue comme étant un jardin directement accessible au public sans que celui-ci ne perturbe la quiétude des résidents en passant par l’hôtel.

Au 7e étage, le restaurant coïncide directement avec la façade à bow-windows donnant sur la place Charles Rogier et le boulevard du Jardin Botanique avec une vue étendue sur l'horizon de la ville grâce à sa hauteur intérieure de quatre mètres.

  • Activation commerciale du rez-de-chaussée

L’implantation d’un espace commercial en double hauteur au niveau de l’angle entre la place Rogier et le Boulevard du Jardin Botanique permet de retrouver une animation au niveau de l’espace public tout en respectant la rythmique imposée par le rez-de-chaussée et l’entresol du Crowne Plaza. Ce développement en double hauteur se poursuit sur la façade latérale où la salle de conférence s’ouvre sur le boulevard à travers quatre grandes fenêtres, avec néanmoins une différence de niveau qui assure un certain degré d’intimité à l’intérieur sans hypothéquer ses rapports à l’espace public. Cette nouvelle salle est un espace polyvalent très lumineux grâce à l’apport de lumière naturelle émanant des grandes ouvertures présentes sur le boulevard et de celles donnant sur le patio intérieur. Au milieu de la façade, une nouvelle entrée monumentale garantit l’accès au centre de conférence.

  • 149 chambres avec vue sur des toitures vertes

Entre le commerce et le bar restaurant, les 149 nouvelles chambres complètent le système de l’hôtel existant, en majorant les chambres avec vues vers le boulevard. L’organisation spatiale des chambres permet de créer un véritable lien entre l'hôtel existant et la nouvelle extension, montrant la boucle comme un système de distribution clair et efficace. De plus, le projet permet d’améliorer les qualités intrinsèques de l’hôtel grâce à la présence de végétation sur les toitures vertes, disposées en gradins et visibles depuis les chambres ou les couloirs. Au rez-de-chaussée, un jardin d’hiver est aménagé et permet ainsi la réorganisation des flux lors des évènements organisés dans l’hôtel.

Contactez-nous
Marc Debont Porte-parole, Cabinet du Secrétaire d'État Pascal Smet
Marc Debont Porte-parole, Cabinet du Secrétaire d'État Pascal Smet
A propos de Pascal Smet

Le Gouvernement bruxellois Secrétaire d'Etat de l'Urbanisme et Patrimoine - Relations européennes et internationales - Commerce extérieur - Lutte contre l'Incendie et Aide médicale urgente

Membre du VGC, chargé de la Culture, de la Jeunesse, du Sport et des Centres communautaires


Pascal Smet
Zenith
Koning Albert II laan 37 - 12de
1030 Brussel